1er-Mai à Paris: des militants de la CGT agressés par des manifestants, 21 blessés

Mélanie Rostagnat
·1 min de lecture
Service d'ordre de la CGT (illustration) - DAMIEN MEYER / AFP
Service d'ordre de la CGT (illustration) - DAMIEN MEYER / AFP

Après quelques heurts en milieu d'après-midi, la manifestation parisienne a progressé dans le calme vers la place de la Nation, ce samedi à l'occasion du traditionnel défilé du 1er-Mai. A la fin du parcours, un groupe de manifestants s'en est pris à des camions de la CGT, l'un des syndicats organisateurs de la mobilisation, aux cris de "CGT Collabo".

"Un important groupe d'individus dont certains se revendiquant gilets jaunes, ont fait usage d'une extrême violence à l'encontre des manifestants", a réagi la CGT dans un communiqué. "Insultes homophobes, sexistes, racistes ont précédé des actes de vandalisations des véhicules des organisations (syndicales, ndlr), et, bien plus grave, la haine s'est exprimée par un déchaînement de coups et de jets de projectiles. Notre organisation, la CGT, était particulièrement ciblée", a précisé le syndicat.

21 militants ont été blessés, dont 4 grièvement, rapporte la CGT qui dit leur apporter tout son soutien et sa solidarité.

Des militants ensanglantés et sous le choc

Sur des images postées sur les réseaux sociaux, on aperçoit des individus tagguer un camion puis frapper les véhicules. Une vitre a notamment été brisée. Le service d'ordre de la CGT a répliqué avec du gaz lacrymogène.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le syndicat des journalistes de la CGT a fermement condamné sur Twitter "les agressions dont ont été victime le cortège de la CGT et son service d’ordre violemment pris à parti à son arrivée place de la Nation" et a déploré "de nombreux blessés et des dégâts matériels".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un journaliste du Huffington Post, qui a filmé la scène, a affirmé que des militants du syndicat avaient été "insultés et frappés". "Plusieurs sont sous le choc et certains ensanglantés", a précisé Pierre Tremblay.

Article original publié sur BFMTV.com