Anniversaire de son école: le numéro d’équilibriste de Marion Maréchal à Lyon

En France, le résultat des élections européennes continue de susciter une activité trépidante à l’extrême droite, avec le retour ce vendredi 14 juin de Marion Maréchal sur le devant de la scène. Déjà inhabituellement bavarde depuis le scrutin du 26 mai, la plus jeune du clan Le Pen a poursuivi son offensive médiatique avec une conférence de presse à Lyon pour le premier anniversaire de l'école qu'elle a créée.Avec notre envoyée spéciale à Lyon,  Anne SoetemondtMême si elle s'en défend, on peut le dire sans ambiguïté : Marion Maréchal a bien parlé une fois encore de politique ce vendredi 14 juin à Lyon. Un véritable numéro d’équilibriste.Si la nièce de Marine Le Pen a expliqué qu’elle n’utilisait pas son école de sciences politiques lyonnaise à des fins politiciennes, elle a multiplié les messages très politiques pendant toute cette conférence de presse.L'ancienne députée s'est d'abord adressée aux journalistes politiques : il faut savoir être patient, leur a-t-elle lancé le sourire aux lèvres, quand il a été question d’un éventuel retour.L'union des droites, « le sens de l'histoire » selon Marion MaréchalEt de faire l’éloge du secteur privé, pour ceux qui auraient des ambitions dans le champ politique : aujourd’hui, beaucoup de Français estiment qu’on ne comprend pas le réel sans être passé par le privé, a-t-elle dit.Le privé donne une crédibilité aux carrières politiques, a en effet expliqué Marion Maréchal. Une allusion assez claire à son propre parcours.Message politique encore plus direct : une fois la conférence de presse terminée, au micro, Marion Maréchal parle ouvertement de l'union des droites. « C’est le sens de l’histoire », « c’est pour ça que je prends la parole maintenant, à l’approche des municipales », a-t-elle expliqué.Aux européennes 2019, « c’est vrai, je n’ai pas pris parti »Marion Maréchal a parlé aussi des élections européennes de mai dernier, où le parti Rassemblement national est arrivé en tête. « C’est vrai, je n’ai pas pris parti, car cela aurait été perçu comme un retour dans l’arène politicienne », a-t-elle commenté.Et puis, l'ex-parlementaire a même parlé de la Procréation médicalement assistée (PMA), expliquant qu’elle pourrait éventuellement manifester contre. Car c’est, selon elle, la porte ouverte à la gestation pour autrui (GPA).Bref, Marion Maréchal s’est efforcée d’apparaître comme une cheffe d’entreprise, mais a surtout été ce vendredi matin une femme politique. Une femme politique peut-être simplement plus libre que quand elle était sous l’étiquette FN.

En France, le résultat des élections européennes continue de susciter une activité trépidante à l’extrême droite, avec le retour ce vendredi 14 juin de Marion Maréchal sur le devant de la scène. Déjà inhabituellement bavarde depuis le scrutin du 26 mai, la plus jeune du clan Le Pen a poursuivi son offensive médiatique avec une conférence de presse à Lyon pour le premier anniversaire de l'école qu'elle a créée.

Avec notre envoyée spéciale à Lyon,  Anne Soetemondt

Même si elle s'en défend, on peut le dire sans ambiguïté : Marion Maréchal a bien parlé une fois encore de politique ce vendredi 14 juin à Lyon. Un véritable numéro d’équilibriste.

Si la nièce de Marine Le Pen a expliqué qu’elle n’utilisait pas son école de sciences politiques lyonnaise à des fins politiciennes, elle a multiplié les messages très politiques pendant toute cette conférence de presse.

L'ancienne députée s'est d'abord adressée aux journalistes politiques : il faut savoir être patient, leur a-t-elle lancé le sourire aux lèvres, quand il a été question d’un éventuel retour.

L'union des droites, « le sens de l'histoire » selon Marion Maréchal

Et de faire l’éloge du secteur privé, pour ceux qui auraient des ambitions dans le champ politique : aujourd’hui, beaucoup de Français estiment qu’on ne comprend pas le réel sans être passé par le privé, a-t-elle dit.

Le privé donne une crédibilité aux carrières politiques, a en effet expliqué Marion Maréchal. Une allusion assez claire à son propre parcours.

Message politique encore plus direct : une fois la conférence de presse terminée, au micro, Marion Maréchal parle ouvertement de l'union des droites. « C’est le sens de l’histoire », « c’est pour ça que je prends la parole maintenant, à l’approche des municipales », a-t-elle expliqué.

Aux européennes 2019, « c’est vrai, je n’ai pas pris parti »

Marion Maréchal a parlé aussi des élections européennes de mai dernier, où le parti Rassemblement national est arrivé en tête. « C’est vrai, je n’ai pas pris parti, car cela aurait été perçu comme un retour dans l’arène politicienne », a-t-elle commenté.

Et puis, l'ex-parlementaire a même parlé de la Procréation médicalement assistée (PMA), expliquant qu’elle pourrait éventuellement manifester contre. Car c’est, selon elle, la porte ouverte à la gestation pour autrui (GPA).

Bref, Marion Maréchal s’est efforcée d’apparaître comme une cheffe d’entreprise, mais a surtout été ce vendredi matin une femme politique. Une femme politique peut-être simplement plus libre que quand elle était sous l’étiquette FN.