1995, 2003, 2010... Les précédentes mobilisations d'ampleur contre la réforme des retraites

Le cortège de la manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 5 décembre 2019.
 - Thomas Samson-AFP
Le cortège de la manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 5 décembre 2019. - Thomas Samson-AFP

Unis pour la première fois depuis douze ans, les syndicats espèrent une mobilisation massive contre la réforme des retraites d'Emmanuel Macron ce jeudi, et dépasser le million de manifestants. "Soyons 1 million à déferler dans la rue" ce jeudi, a de son côté lancé le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel dans le Journal Du Dimanche ce weekend.

Cet objectif pourrait être atteignable. Les annonces de réforme du système des retraites sont en effet généralement suivies de mouvements sociaux importants. Les rassemblements s'opposant aux précédents projets de loi ont ainsi réussi à mobiliser plus d'un million de personnes, voire davantage.

· Les grandes grèves de 1995 contre le "plan Juppé"

Le mouvement social de décembre 1995 a marqué les esprits par son ampleur. Les manifestants s'opposaient alors au "plan Juppé" qui contenait un volet sur une réforme de la Sécurité sociale, et un sur les retraites avec notamment une proposition d'allongement de la durée de cotisation pour les salariés de la fonction publique. La grève qui suit son annonce fait partie des plus longues et des plus dures que la France a connu.

"Dès le premier jour, la grève a été très populaire" et le "mouvement est resté très soutenu tout du long" racontait en 2019 à BFMTV.com Alain Lamassoure, porte-parole du gouvernement en 1995, sous la présidence de Jacques Chirac.

Le 12 décembre, plus de 2 millions de personnes, selon les syndicats, manifestent à travers la France. La police donne elle le chiffre d'un million de participants.

Le gouvernement finira par céder et abandonnera sa réforme sur les régimes spéciaux des retraites. Celle sur la Sécurité sociale sera en revanche votée par ordonnances fin décembre 1995.

· La mobilisation contre la loi "Fillon" de 2003

En mai 2003, François Fillon, alors ministre du Travail et des affaires sociales sous la présidence de Jacques Chirac, présente un projet de loi sur les retraites "qui aligne notamment la situation des fonctionnaires sur celles des salariés du secteur privé", rappelle la plateforme Lumni de l'INA, en lien avec le ministère de l'Éducation. Les syndicats appellent rapidement à la mobilisation.

"Des grèves touchent massivement le secteur public, à commencer par l'Éducation nationale et les transports", précise encore Lumni. Le 13 mai, 2 millions de personnes battent le pavé dans plusieurs villes de France, 1,13 million selon la police.

"Les manifestations ont été massives partout dans le pays. Elles ont totalisé un nombre de manifestants sans précédent depuis les grandes manifestations de 1995", assurait dès le lendemain Arlette Laguiller, porte-parole de Lutte Ouvrière.

Plusieurs autres manifestations auront lieu, mais la loi réformant les retraites sera tout de même promulguée le 21 août suivant.

· Les manifestations de 2010 contre le projet de loi Woerth

Les mois de septembre et octobre 2010 ont été jalonnés de manifestations d'ampleur réunissant à chaque fois plus de 2 millions de personnes selon les organisateurs, ou autour d'un million selon le décompte de la police. Les manifestants protestaient alors contre une autre réforme des retraites, celle du ministre du Travail d'alors, Éric Woerth, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Ces manifestations rassemblent jusqu'à 3,5 millions de manifestants le 12 octobre selon les organisations syndicales, 1,23 million selon la police, rappelle la plateforme Lumni.

D'autres manifestations importantes ont lieu à cette période, ainsi que des grèves dans les transports, à EDF ou encore à la Poste. La loi finira toutefois par être promulguée à la fin de l'année 2010.

· Les grèves et manifestations de décembre 2019

Le dernier mouvement d'ampleur contre une réforme des retraites, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, date de 2019. Des premières manifestations ont lieu en septembre, mais c'est en décembre que le mouvement va prendre de l'importance. Les transports sont notamment bloqués en raison d'une grève de la SNCF et de la RATP.

Le 5 décembre, 806.000 personnes manifestent en France selon le ministère de l'Intérieur. La CGT donne, quant à elle, le chiffre de 1,5 million de personnes. Le 17 décembre, 615.000 manifestants sont recensés par la police, 1,8 million selon la CGT.

C'est la pandémie de Covid-19 début 2020 qui interrompra le mouvement social, mais aussi l'examen de cette loi, avant que les discussions ne reprennent en ce début 2023.

Article original publié sur BFMTV.com