En 1959, le meurtre toujours inexpliqué de la petite Carol Ann Stephens

·2 min de lecture

Près de 60 ans après le meurtre de Carol Ann Stephens au Pays de Galles, de nouvelles informations viennent d’être découvertes par une équipe d’enquêteurs qui a décidé de se pencher sur le dossier.

7 avril 1959, la petite Carol Ann Stephens, six ans, est envoyée par sa mère au bureau de tabac du coin pour lui acheter des cigarettes. La fillette vit avec sa famille à Cardiff, au Pays de Galles. A son retour, elle dépose le paquet et repart jouer dehors. Elle ne sera plus jamais vue vivante. Malgré les recherches et la mobilisation de toute la ville, personne ne parvient à retrouver l’enfant. Ce n’est que deux semaines plus tard, après des nuits et des jours d’angoisse, que le corps de Carol est découvert, dans le Carmarthenshire, a environ 100 kilomètres de chez elle. Le choc est immense dans le voisinage où la fillette est décrite comme «grande et dodue avec un teint frais et des joues roses avec des cheveux bruns et des lunettes à monture d'acier». Jamais, en pratiquement 60 ans, les policiers ne parviendront à résoudre cette affaire.

Ce n’est finalement que récemment que le dossier a été rouvert par une équipe d’anciens enquêteurs et d’experts du crime, menée par l’ancienne cheffe de la police de Dyfed-Powys, Jackie Roberts, qui a supervisé une autre enquête sur la disparition d’une l'écolière galloise assassinée appelée April Jones, explique Wales Online. Et leur travail a payé puisqu’ils ont annoncé avoir découvert de nouvelles informations sur le potentiel suspect.

Une petite voiture verte

A l’époque, les témoins ont raconté avoir entendu la petite fille dire qu’elle allait partir pour une balade en voiture. Kevin Northcott, son ami et voisin, explique avoir vu l’enfant taper à la fenêtre du véhicule. D’autres indiquent l’avoir vue à bord d’une petite voiture verte. Wales Online précise qu'à l'époque, posséder une voiture était rare et que monter à bord d'un véhicule constituait une aventure pour les(...)


Lire la suite sur Paris Match