18 cyclistes fauchés par une voiture dans la Loire: un appel à témoins lancé pour retrouver l'automobiliste

Jeanne Bulant
·2 min de lecture

Un appel à témoins a été lancé par la gendarmerie, ce mercredi, pour retrouver l'automobiliste qui a fauché 18 cyclistes ce jeudi dans une petite commune de la Loire, avant de prendre la fuite.

La gendarmerie de la Loire a lancé un appel à témoins, ce jeudi, pour essayer de retrouver le conducteur de la voiture qui a fauché 18 cyclistes la veille dans la commune de Saint-Just-Saint-Rambert. L'un d'eux, un jeune homme de 14 ans, se trouve en urgence absolue, et deux autres personnes sont en urgence relative. Après l'accident, 10 autres se trouvaient en état de choc ce jeudi.

Les faits se sont déroulés mercredi après-midi sur la route départementale 108 qui relie Bonson à Saint-Just-Saint-Rambert, "au niveau du pont enjambant la RD 498", rappelle la gendarmerie de la Loire. La veille, elle expliquait qu'un véhicule avait "dépassé un groupe de cyclistes circulant en colonne" sur ce pont. "Une conductrice au volant de sa voiture arrivant en sens inverse s'est alors retrouvée face au véhicule qui doublait avant de se rabattre sur la gauche et de percuter les cyclistes".

43 pompiers mobilisés jeudi

"Les personnes qui auraient croisé (ou doublé) le peloton de cyclistes sur cette route ou toutes personnes qui auraient pu voir l’accident notamment depuis le CD498 passant sous le pont sont invitées à rentrer en contact avec la gendarmerie", est-il précisé dans l'appel à témoins de la gendarmerie, qui invite les personnes ayant des informations à les contacter au 04.77.52.34.77

Le groupe de cyclistes appartient au club Espoirs cyclistes Saint-Etienne Loire et était composé au moment de l'accident de 4 adultes et 14 adolescents âgés de 14 à 18 ans, selon les pompiers.

Un total de 43 pompiers sont intervenus jeudi sur les lieux de l'accident, assistés de 21 véhicules dont 7 ambulances, ainsi qu'une équipe du Samu. Une vingtaine de gendarmes se sont également rendus sur place. Choquée, la conductrice du véhicule impliqué devait être entendue par les militaires.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :