18 ans après le 11-Septembre, des milliers de cancers diagnostiqués chez les New-Yorkais

LExpress.fr
Le nuage toxique qui a plané sur Manhattan pendant des semaines après les attentats serait à l'origine de nombreux cancers et autres maladies graves.

Jaquelin Febrillet avait 26 ans et travaillait à deux rues du World Trade Center lorsque les avions détournés par des djihadistes ont percuté les tours jumelles, le 11 septembre 2001 à New York. En 2016, cette mère de trois enfants est diagnostiquée d'un cancer métastatique.  

Avec une seule explication logique : le nuage de cendres et de débris toxiques dans lequel elle s'est retrouvée prise le jour de la catastrophe. Richard Fahrer, 37 ans aujourd'hui, travaillait lui fréquemment à la pointe de Manhattan comme arpenteur. Il y a 18 mois, on détectait sur ce jeune père un cancer agressif du côlon, qui frappe généralement des hommes beaucoup plus âgés et pour lequel il n'avait aucune prédisposition. 

Bien au-delà des près de 3000 personnes tuées dans l'effondrement du World Trade Center (WTC), New York n'en finit pas de compter les personnes atteintes de cancers et d'autres maladies graves, notamment du poumon, liées au nuage toxique qui a plané des semaines durant sur le sud de Manhattan. 

Des milliers de malades

Les dizaines de milliers de pompiers et bénévoles mobilisés sur le site du WTC ont été les premiers touchés : dès 2011, une étude publiée dans le journal scientifique The Lancet montrait qu'ils étaient confrontés à des risques accrus de cancer. 10 000 d'entre eux ont été recensés comme étant atteints d'un cancer par le WTC Health Program, programme fédéral de soins réservé aux rescapés des attentats. Jaquelin Febrillet ou Richard Fahrer font eux partie des gens "ordinaires", travaillant ou résidant au sud de Manhattan dans la foulée de la catastrophe, une catégorie de malades qui ne cesse d'augmenter. Fin juin 2019, plus de 21 000 d'entre eux étaient enregistrés dans le programme de soins, soit deux fois plus qu'en juin 2016. 

LIRE AUSSI >> États-Unis : dans les cendres de Ground Zero 

Sur ces 21 000 malades, près de 4000 ont été diagnostiqués avec un cancer, ceux de la prostate, du sein ou de la peau étant les plus fréquents. S'il est "impossible, pour un individu pr...Lire la suite sur L'Express.fr

18 ans après le 11-Septembre, des milliers de cancers diagnostiqués chez les New-Yorkais

Les secouristes du 11 septembre auront accès à une aide médicale à vie

Dix-sept ans après, une victime du 11-Septembre identifiée

VIDÉO. 11 Septembre 2001: les États-Unis se souviennent 16 ans après