172 nouvelles exoplanètes, dont 18 systèmes, dans les filets des astronomes !

·1 min de lecture

Pendant neuf années entières, le télescope spatial Kepler (Nasa) a exploré notre Galaxie en quête de planètes extrasolaires. Parmi les candidates qu’il a débusquées, plus de 2.800 ont été confirmées. Mais 3.250 attendent toujours confirmation. Dont un lot de 172 qui vient tout juste d’être mis à jour pour la première fois par un système de détection entièrement automatisé qui a passé au crible les données archivées du télescope spatial à la retraite depuis 2018.

Notons que ces observations de candidates exoplanètes ont été réalisées lors de celle que les astronomes appellent la mission K2 de Kepler. Une mission lancée avec des capacités limitées après une défaillance mécanique survenue sur le télescope spatial. Malgré tout, il a pu continuer à renvoyer des données utiles aux chercheurs.

Les astronomes espèrent utiliser notamment ce nouveau catalogue d’exoplanètes qui comprend au total quelque 747 candidates et 57 systèmes planétaires multiples pour mener des études « démographiques » sur les populations de planètes extrasolaires. Afin de mettre à jour des modèles de formation et d’évolution. © ArtWiz, Adobe Stockk
Les astronomes espèrent utiliser notamment ce nouveau catalogue d’exoplanètes qui comprend au total quelque 747 candidates et 57 systèmes planétaires multiples pour mener des études « démographiques » sur les populations de planètes extrasolaires. Afin de mettre à jour des modèles de formation et d’évolution. © ArtWiz, Adobe Stockk

Quelques exoplanètes surpenantes

Ainsi plusieurs planètes – ou systèmes planétaires puisqu’il pourrait y en avoir 18 jusqu’alors inconnus – qui figurent dans ce nouveau catalogue semblent présenter des caractéristiques étranges. À 650 années-lumière de la Terre, par exemple, le système EPIC 249559552 se compose de deux exoplanètes un peu plus petites que Neptune. Elles orbitent autour d’une étoile semblable à notre Soleil. Prises dans une sorte de danse gravitationnelle. Une résonance orbitale qui pousse la plus proche de son étoile à parcourir cinq fois son orbite pendant que l’autre ne le fait que deux fois.

Plus loin de nous, à quelque 3.500 années-lumière, le système EPIC 249731291 héberge aussi une étoile de type solaire et deux planètes géantes gazeuses. Qui gravitent plus près de leur soleil que l’orbite de Mercure ! Elles pourraient ainsi révéler...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles