17 octobre 1961 : pour Benjamin Stora, "il faut que la France reconnaisse cette tragédie inexcusable"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Très attendues, ces commémorations interviennent dans dans un contexte tendu entre Paris et Alger. Samedi, le président de la République Emmanuel Macron devrait reconnaître "une vérité incontestable" lors de la cérémonie officielle pour les 60 ans du massacre des Algériens du 17 octobre 1961 à Paris. Le chef de l'État déposera une gerbe sur les berges de la Seine, à la hauteur du Pont de Bezons. Invité de Jean-Pierre Elkabbach, sur Europe 1, l'historien Benjamin Stora appelle lui "à regarder en face" la réalité de ce drame. "Il faut que la France reconnaisse cette tragédie comme une tragédie inexcusable", estime-t-il.

"Une responsabilité de l'État"

Lors de cette sanglante journée, 30.000 Algériens étaient venus manifester pacifiquement à Paris, avant de subir une violente répression. Et le bilan officiel de l'époque, trois morts et une soixantaine de blessés, est très loin de la réalité selon les historien, qui l'estiment aujourd'hui à au moins plusieurs dizaines. Au total, quelque 12.000 manifestants avaient été arrêtés. 

"Il y a une responsabilité de l'État, sous l'autorité de Maurice Papon", insiste l'historien, qui appelle dans Libération à reconnaître les événements du 17 octobre "comme un crime d'État". "L'application de l'ordre qui a été mis en œuvre l'a été sous la conduite du préfet de police de Paris". Et Benjamin Stora, auteur d'un rapport sur la colonisation et la guerre d'Algérie remis à Emmanuel Macron en janvier, de poursuivre : "Quand on dit crime d'État, c'es...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles