17 novembre 1993 : le jour où l’équipe de France de football a touché le fond

Face à la Bulgarie, la France va subir la pire défaite de son histoire, le 17 novembre 1993.  - Credit:VINCENT AMALVY / AFP
Face à la Bulgarie, la France va subir la pire défaite de son histoire, le 17 novembre 1993. - Credit:VINCENT AMALVY / AFP

Dans la longue histoire de l'équipe de France, on se souvient aussi bien des victoires (en finale de Coupe du monde en 1998 et 2018, à l'Euro en 1984 et en 2000) que des défaites (face à la RFA en demi-finale de la Coupe du monde 1982, contre l'Italie en finale de la Coupe du monde 2006 ou, plus récemment, contre l'Argentine en finale de la Coupe du monde 2022). Mais on se rappelle au moins cette triste soirée du 17 novembre 1993.
Dans la grisaille parisienne du Parc des princes, la sélection nationale ne doit absolument pas perdre contre la Bulgarie pour valider sa qualification pour la Coupe du monde 1994 aux États-Unis. Pourtant, à deux secondes de la fin du temps réglementaire, l'attaquant Emil Kostadinov – qui ne devait même pas jouer à cause d'un problème de visa, il est entré illégalement en France en voiture à la frontière franco-allemande – brise le rêve bleu. « C'est la mise à mort », résume le regretté Thierry Roland au commentaire pour TF1. La France est à terre et ne traversera pas l'Amérique.

De défaite en défaite

La mission pour entrevoir l'Amérique n'avait pourtant rien d'impossible pour les Bleus, qui héritent d'un groupe de qualification qui semble à leur portée. On y retrouve la Suède, la Bulgarie, l'Autriche, la Finlande et Israël. « Globalement, on s'en tire plutôt bien. Sur notre valeur actuelle, nous devrions passer », commente Michel Platini, le sélectionneur des Bleus.

Mais football français évolue dans un contexte à l'époque tendu [...] Lire la suite