15-21 avril

Libération.fr

Pas évident aujourd’hui pour un jeune label de perdurer. Saluons donc la maison parisienne HMS (Her Majesty’s Ship) qui fête cinq ans d’une riche existence consacrée à une musique électronique aux influences variées, cold-punk-wave mais aussi quasi-chanson commeRubin(photo), dont ce sera le premier concert. Mais il y aura aussi les têtes de gondole, les brillants DBFC ou la Mvuerte. Comme disent les Mancuniens : «Happy you geeza !» (Mercredi au Supersonic, 75012.)

On a découvert Super Parquet aux dernières Trans musicales de Rennes. Difficile de faire plus insolite que cette formation qui mélange banjo électrique, cornemuse, et instruments traditionnels pour un résultat assez indescriptible mais que l’on tentera de décrire comme une transe electro-folklorique. (Jeudi à Chadrac, Haute-Loire.)

Les apparences sont trompeuses. Contrairement à ce que leur nom pourrait laisser croire, Fujiya & Miyagi(photo) n’est pas un duo japonais mais un quartet de Brighton. L’exemple type du groupe de série B qui, malgré six albums très bons à l’esprit punk-dance-funk, n’arrive jamais à franchir les portes du top niveau. On ne leur a jamais dit qu’il fallait coucher pour réussir ? (Vendredi à l’I.Boat, Bordeaux.) Photos DR ; Christophe Roue

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Jorrdee Le flou du flow
Blaenavon Rock à pleins tubes
Spoek Mathambo House et coutumes
Backline
Du dancefloor aux salles obscures

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages