148 grands chefs du monde entier s’échangent leurs menus

Bosio, Alice
Alain Ducasse et Romain Meder au Plaza Athénée (Paris 8e). / Gelinaz

L’opération «The Grand Gelinaz! Shuffle» revient le 3 décembre avec une nouvelle formule. Bilan carbone oblige, les chefs restent dans leur restaurant, où ils réinterpréteront le menu d’un confrère, dont ils ignorent l’identité. Réservez vos places!

Vous êtes passionné de gastronomie et aimez les surprises? Alors The Grand Gelinaz! Shuffle est fait pour vous. Lancé en 2005, Gelinaz réunit des grands chefs aux quatre coins du globe autour d’événements qui bousculent la gastronomie. Depuis 2015, ce mouvement organise des «Grand Shuffle»: comprendre des dîners événementiels où les chefs se mélangent.

Après plusieurs années à interchanger les chefs, invités à cuisiner simultanément dans les restaurants de leurs confrères, l’édition 2019 change de concept, écologie oblige! Pour réduire le bilan carbone engendré par les voyages des chefs, ceux-ci restent dans leur maison... mais doivent cuisiner le menu imaginé par un autre, dont ils ne découvriront l’identité qu’au terme du repas, en même temps que les convives embarqués dans l’aventure.

Concrètement, chaque chef a créé un menu inédit de huit plats. Le 1er novembre, ce menu a été envoyé à un autre chef tiré au sort. Une fois le menu (anonyme) reçu, le cuisinier doit le remixer de façon personnelle et radicale. Le 3 décembre, il sert ce menu à ses convives (achetez vos billets ici).

Dersou, Tontine et le Plaza

138 restaurants (et 148 chefs) dans 38 pays participent à ce raout, pour lequel 2200 recettes seront revisitées au cours de 700 heures de cuisine (en raison des différents fuseaux horaires). Les festivités démarreront en Nouvelle-Zélande chez Monique Fiso (Hiakai) et Peter Gordon (The Sugar Club) pour finir sur la côte ouest des Etats Unis chez Brandon Jew (Mister Jiu’s) ou encore Charles Chen (Maum). Les prix vont de 35€ pour le menu réinterprété par Thomas Zacharias au Bombay Canteen (Mumbai) à 500€ pour celui de Massimo Bottura à l’Osteria Francescana (Modène).

À Paris, sont de la partie: Taku Sekine (Dersou, (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Cuisine française par chefs japonais à Paris 
Alain Ducasse au Plaza Athénée, délicieux vertige des stratosphères 
Le Clarence signe son retour aux élégances 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro