14-juillet : vers la fin des feux d’artifice ?

Une vague de chaleur intense est attendue dans le pays toute la semaine. Avec la sécheresse, la moindre étincelle peut devenir un brasier . C'est d'ailleurs pour cela que de nombreuses communes, qui ne veulent prendre aucun risque, ont fait une croix sur les feux d'artifice du 14 juillet .

Risque incendie ou environnemental

C'est notamment le cas à Valbonne, dans les Alpes-Maritimes, à Saint-Jean-du-Gard, mais aussi dans des villes plus importantes comme Aubagne et même Nîmes. Avec la canicule, le danger est trop important. "C'est une question de prévoyance. On est dans un site qui est boisé, il y a une sécheresse importante sur le département et plus particulièrement sur Nîmes et ses alentours, avec une sollicitation permanente des effectifs de pompiers", explique Frédéric Pastor, adjoint aux festivités de la mairie.

 

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

D'autres l'annule pour des raisons environnementales , à Saint-Jean-Brévelay, en Loire-Atlantique, par exemple. La commune souhaite protéger ses dunes où près de 150.000 personnes s'étaient massées en 2019. Même son de cloche à Tours où l'objectif est de protéger les sternes, ces petits oiseaux marins menacés d'extinction.

Coup dur pour les artificiers

 

Mais cette situation est un vrai coup dur pour les artificiers. Parce que le 14 juillet, c'est le pic d'activité pour les professionnels de la pyrotechnie. Michel Montero réalise 70% de son chiffre d'affaires en une seule soirée. Privé d'activité depui...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles