14-Juillet: le défilé remplacé par une cérémonie militaire avec hommage aux soignants

Le traditionnel défilé militaire sur les Champs-Élysées, à Paris, pour la fête nationale française sera remplacé cette année par une cérémonie place de la Concorde pour se conformer aux exigences sanitaires, a annoncé la présidence ce jeudi.

Pour adapter la célébration de ce 14 juillet aux exigences sanitaires, le traditionnel défilé sur les Champs-Élysées sera remplacé par une cérémonie militaire place de la Concorde, qui rendra aussi hommage aux soignants, a annoncé l'Élysée, ce jeudi 4 juin.

La cérémonie comprendra « un dispositif resserré ramené à 2 000 participants et environ 2 500 invités », dans le respect des règles de distanciation sociale, a précisé la présidence.

« La cérémonie, qui inclura un défilé aérien, mettra à l'honneur la participation de nos armées à la lutte contre le Covid-19, à travers l'opération Résilience ; elle rendra également hommage aux personnels soignants que les Français ont applaudis chaque soir durant la période de confinement ainsi qu'à l'ensemble des acteurs mobilisés contre le virus », a indiqué l'Elysée.

Il n'est pas prévu pour l'instant d'ouvrir l'événement au grand public, mais « la situation pourrait être réévaluée d'ici le 14 juillet » si la situation sanitaire est meilleure, explique l'Elysée.

Appels à reconnaître le travail des soignants

Le 13 mai en Conseil des ministres, Emmanuel Macron avait souhaité « que la fête nationale soit une occasion supplémentaire de manifester l'hommage et la reconnaissance de la nation à tous ceux qui se sont engagés dans la lutte contre le Covid-19 », selon la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

Une demande qu'avaient déjà formulé des élus LREM et LR en avril lorsqu'ils avaient plaidé pour la présence d'un « carré des soignants » mais aussi des représentants des « héros du quotidien » lors de la parade militaire annuelle.

Damien Adam, député LREM de Seine-Maritime et Catherine Dumas, sénatrice LR de Paris avaient adressé un courrier à Emmanuel Macron, lui demandant, « si les conditions sanitaires le permettent » que soient associés « à la prochaine fête nationale les personnels soignants et tous nos héros du quotidien (commerçants, conducteurs de transports, éboueurs, professeurs). »

(Avec agences)