"13h15". "Tu crois que tu es important, mais tu n’es rien du tout", disait Philippe Léotard à son frère François

France 2

La disparition qui a poussé l’ancien ministre François Léotard à tout remettre en cause est celle de son frère aîné, le comédien Philippe Léotard, survenue en 2001 : "C’est lui qui me disait : 'Tu crois que tu es important, mais tu n’es rien du tout.'"

Tenant dans la main l’un des livres de son frère, Portrait de l’artiste au nez rouge (Balland-Egée, 1988), l’ancien ministre de la Culture et de la Communication (1986-1988) se souvient : "Il faisait le clown à la fin de sa vie en allant dans les hôpitaux pour faire rire les enfants malades. C’était un type extraordinaire."

"Se retirer du monde avec la douceur nécessaire"

"Il m’a énormément aidé, sans le vouloir, et peut-être sans le savoir. J’ai beaucoup souffert de sa disparition qui a été tragique dans tous les sens du terme. Il s’est détruit lui-même, mais c’est un type formidable", témoigne l’auteur du livre A mon frère qui n’est pas mort (Grasset, 2008).

Quant au monde politique : "Il me disait : ’Qu’est-ce que tu fous là-dedans ?’ Il savait que c’était un monde d’apparence, de jeu, pas comme celui des comédiens. Celui où on se croit important, quelqu’un qu’il faut saluer…" De sa retraite varoise, François Léotard rappelle que "vieillir oblige à regarder la mort d’une façon paisible, si on peut… Et à se retirer du monde avec la douceur nécessaire et la paix intérieure."



Retrouvez cet article sur Francetv info

VIDEO. "13h15". Quand Jean-François Copé cible François Fillon en parlant du jour le plus dur de sa vie politique...
"13h15 le dimanche". Le jour d’après !
Café "interdit aux femmes" à Sevran : le patron va porter plainte
RÉCIT FRANCE INFO. Plongée dans le quotidien des policiers d’une Brigade Spécialisée de Terrain
Saint-Malo : immersion à l'école des policiers

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages