"13h15". Camille et Hughes réussissent la visite de contrôle pour classer leur hôtel en 4 étoiles...

France 2

Camille et Hugues, un couple de jeunes trentenaires, ont réalisé leur rêve il y a deux ans en ouvrant leur hôtel en Normandie. Ils ont tout fait, de la cave au grenier. Et emprunter de grosses sommes, travailler sans compter leurs heures, fait trois enfants... Après deux ans d’exploitation, ils se sentent prêts à passer l’épreuve du classement dans la catégorie 4 étoiles de leur établissement. Stressant !

Après avoir posé un tombereau de questions techniques sur les installations de l’hôtel, l’inspecteur monte dans les étages pour visiter la dizaine de chambres. Rien ne va lui échapper, tout étant passé au radar. Hughes commence à douter du succès de leur démarche : "J’étais très optimiste… Maintenant, je le suis un peu moins."

"A deux points près. Beau boulot !"

"Il faudra identifier les deux sanitaires. Je mets 'non' pour l’instant", note l’inspecteur de la normalisation sur son dossier, alors que l'inquiétude du jeune hôtelier est à la hausse… Couvertures, draps, sommiers… sont inspectés dans les moindres détails, ainsi que la mise à disposition des clients du bouquet de chaînes de télévision… "Ça, c’est des points, on engrange", se rassure Hughes. Malheureusement, il manque une radio et un lecteur DVD, un judas sur la porte…

Après deux heures et demi de visite intégrale, l’inspecteur fait ses comptes sur la base d’un double barème, l'un obligatoire et l'autre optionnel. Verdict final : "En 4 étoiles, il faut au minimum 108 critères optionnels auxquels on ajoute les 36, ce qui nous fait 144, détaille-t-il. Il en faut donc 144 sur les 358 et on en a 146, donc, ça passe !" C’est le soulagement… "A deux points près. Beau boulot !" se réjouit Hugues qui rappelle que Camille "lui a cassé les pieds des soirées entières avec ce 4 étoiles". Un tel classement offre désormais à leur Manoir une visibilité accrue pour toucher une clientèle internationale. Lire la suite sur Francetv info

Pôle emploi : un appel à la grève contre "le numérique à tous les étages"
Bien-être au travail : des salles de sport au sein des entreprises
Salon de l'agriculture : légère hausse des visiteurs
"De plus belle" : quand Florence Foresti réapprend à s'aimer après la maladie
Salon de l'Agriculture : les exposants font les comptes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages