13-Novembre : six ans après l'horreur, des commémorations particulièrement émouvantes

·1 min de lecture

Depuis 9 heures ce matin, les hommages aux victimes des attentats terroristes de 2015 se multiplient à Paris. Accompagné notamment de la maire de Paris Anne Hidalgo, le Premier ministre Jean Castex a entamé la tournée d'hommages par un dépôt de gerbe suivi d'une minute de silence devant le Stade de France, avant de prendre la direction des terrasses de cafés et du Bataclan à Paris, où des commandos téléguidés par le groupe Etat islamique (EI) avaient tué 130 personnes et fait plus de 350 blessés en 2015, semant l'effroi dans le pays.

Silence lourd

Devant les portes vitrées du Bataclan, dans un silence lourd, les rescapés et les proches des victimes ont écouté avec émotion résonner sous la grisaille le nom de chacune des 90 personnes qui ont péri dans la salle de concert. 

La cérémonie n'était pas accessible au public, mais du haut des immeubles, on pouvait apercevoir certains habitants du quartier accoudés à leur fenêtre. La cérémonie a duré une dizaine de minutes. Aucun discours n'a été prononcé, y compris durant les cinq autres hommages rendus plus tôt dans la matinée, le premier à 9 heures au Stade de France, là où la première victime a été assassinée.

"Il y a un vrai besoin de se retrouver"

Après une cérémonie sans public en 2020 à cause de la pandémie, la commémoration paraît plus importante que jamais, en parallèle d'un procès historique qui ravive depuis septembre avec force détails le souvenir de l'attaque terroriste la plus meurtrière jamais commise en France. "L'année...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles