13-Novembre : François Hollande se remémore une nuit d'horreur

·2 min de lecture
L'ancien président français François Hollande est revenu sur la nuit d'horreur du 13 novembre, sur le plateau du Journal télévisé de France 2

Invité sur « France 2 », à la veille de l'ouverture d'un procès hors norme, l'ancien Président est revenu sur les attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre 2015.

À la veille du procès des attentats de Paris de novembre 2015, qui ont fait 130 morts et plus de 1 300 blessés, l'ancien président français François Hollande est revenu sur la nuit d'horreur du 13 novembre, sur le plateau du Journal télévisé de France 2. Il a notamment évoqué « les heures et les minutes épouvantables » durant lesquelles il a dû patienter pour savoir si les otages du Bataclan avaient été sauvés et si les terroristes avaient été neutralisés.

L'ancien chef de l'État a d'abord expliqué sa décision de ne pas faire évacuer le Stade de France, où il se trouvait quand la première bombe a explosé à proximité du stade. « Il ne fallait surtout pas créer une panique », a-t-il affirmé. « Dès lors que j'ai su que le stade était sécurisé (...) qu'il n'y avait plus de danger à l'intérieur du stade de France, j'ai demandé à ce que le match reprenne ». Ainsi, « nous avons pu éviter ce que cherchaient les terroristes, c'est-à-dire créer un effet de peur », a-t-il estimé, sur France 2. François Hollande choisit alors de rentrer rapidement sur Paris pour « diriger les opérations ».

« On se demande : "est-ce que c'est vraiment fini ?" »

L'ancien Président confie qu'il n'avait pas tout de suite « compris l'ampleur » des attentats, même s'il avait connaissance de ce qui était en train de se passer, dans plusieurs endroits de la capitale ce soir-là. « J'avais un rapport minute par minute », précise-t-il, tandis que la capitale française était attaquée. « Je pensais à [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles