13-Novembre: la défense de Mohamed Bakkali implore la Cour de ne pas condamner «le loueur de voitures à l’égal de l’assassin»

La parole est toujours à la défense au procès des attentats du 13 novembre 2015. Ce mardi 21 juin, les avocats de Mohamed Bakkali avaient la parole. Le Parquet national antiterroriste a requis la perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans à l’encontre de cet homme présenté comme « la cheville ouvrière » de la cellule terroriste. Compte rendu d’audience.

Avec notre envoyé spécial au palais de justice

Au moment de se lever, Me Orly Rezlan sait que la tâche ne sera pas facile. Le ministère public a requis une peine particulièrement lourde contre son client, le présentant comme le « surintendant de la terreur ». Mohamed Bakkali, déjà condamné en première instance à 25 ans de prison dans le dossier des attentats du Thalys (il a fait appel) a cette fois choisi d’exercer son droit au silence. Alors que son nom revenait sans cesse, il n’a quasiment pas pris la parole et jamais pour se défendre. « Je ne me ferai pas le ventriloque des déclarations qu’il n’a pas faites, mais je vais essayer d’être un pont entre vous et lui », commence l’avocate. Sans emphase, mais avec détermination, elle déconstruit l’image du logisticien des attentats qui lui colle à la peau.

À lire les compte-rendus d'audience du procès du 13-Novembre ici


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles