13-Novembre: les avocats d'Atar et d'Haddad Asufi demandent à ne pas les juger par «substitution»

La parole est toujours à la défense au procès des attentats du 13 novembre 2015. Les avocats d'Ali El Haddad Asufi et de Yassine Atar se sont exprimés vendredi 17 et lundi 20 juin. Le parquet national antiterroriste a requis respectivement seize et neuf ans de prison à l'encontre des deux hommes, qui nient toute implication dans les préparatifs des attentats. L'un est soupçonné d'avoir cherché des armes, l'autre se voit reprocher sa présence satellitaire autour de la cellule terroriste.

De notre envoyé spécial au palais de justice de Paris,

« Le cercle familial et amical est l'autre pilier de la cellule terroriste », avait dénoncé le parquet national antiterroriste dans ses réquisitoires, pointant du doigt le rôle joué spécifiquement par Yassine Atar et Ali El Haddad Asufi. Le premier est le frère d'Ousama Atar, vétéran du jihad passé par l'Irak dès le début des années 2000, avant de devenir un cadre de l'État islamique, considéré comme le cerveau des attentats de Paris, Saint-Denis et Bruxelles. Il fut aussi proche de ses cousins, Ibrahim et Khalid El Bakraoui, braqueurs notoires radicalisés en prison, avant de devenir les coordinateurs du 13-Novembre et de se faire finalement exploser dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles en mars 2016. Ali El Haddad Asufi était, quant à lui, depuis le lycée, le meilleur ami d'Ibrahim El Bakraoui.

►À relire : Procès du 13-Novembre : la défense d'Ali El Haddad Asufi demande son acquittement


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles