13-Novembre : après près de 4 mois de procès, Philippe Duperron se dit "pas certain de comprendre un jour"

·1 min de lecture

 

Le procès du 13-Novembre a été suspendu vendredi et reprendra le 4 janvier, après les fêtes de fin d’année. Une suspension bienvenue pour les parties civiles, après les longues semaines passées en salle d’audience, ou de l’autre côté de la web radio. Pour le JDD, Philippe Duperron, le président de l’association 13Onze15 Fraternité-Vérité et père de Thomas, mortellement blessé au Bataclan, revient sur les premiers mois de ce procès-fleuve. 

"Vendredi 17 décembre, le procès est mis en mode pause, suspension de séances pendant deux semaines, trêve des confiseurs. Depuis le 8 septembre date à laquelle le président de la cour d’assises spéciale Jean-Louis Péries précisait que ce procès 'hors norme' ne s’inscrivait pas moins dans le cadre de la justice 'normale' de la République, ce sont presque quatre mois qui se sont écoulés. Que retenir? 

Un procès dont le président assure la tenue avec l’autorité toujours bienveillante à l’égard des parties civiles mais ferme à l’égard de tous sachant imposer aux accusés quand nécessaire la place qu’ils doivent garder. Lorsque Salah Abdeslam veut imposer une prise de parole à l’issue du témoignage du président Hollande, le président lui demande de s’exprimer par la voie de ses conseils et l’accusé, hésitant d’abord, se rassoit finalement. 

Nous apprécions la solennité de cette salle si particulièrement adaptée

Autorité aussi à l’égard des avocats des parties civiles comme de ceux de la défense.  Nous apprécions la solennité de cette salle si pa...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles