-13% de naissances en janvier: le confinement n'a pas provoqué de baby-boom, bien au contraire

Clarisse Martin
·2 min de lecture
Le nombre de naissances en France en 2020 a atteint un plus bas depuis 1945, avec 740.000 bébés ayant vu le jour, et l'épidémie de Covid-19 a réduit de plusieurs mois l'espérance de vie - LOIC VENANCE © 2019 AFP
Le nombre de naissances en France en 2020 a atteint un plus bas depuis 1945, avec 740.000 bébés ayant vu le jour, et l'épidémie de Covid-19 a réduit de plusieurs mois l'espérance de vie - LOIC VENANCE © 2019 AFP

Onze mois après le début du premier confinement, le verdict est sans équivoque: selon les données communiquées par l'Insee, le taux de natalité a marqué un repli de 13% en janvier 2021 en France par rapport au même mois de l'année passée. Au total, 53.900 bébés sont nés sur le territoire au cours de ce mois de janvier.

En décembre 2020, la baisse de la natalité était de 7% par rapport au même mois de référence en 2019.

Le Covid-19 parmi les pistes explicatives

Si une "baisse tendancielle" est observée depuis six ans, note l'Insee, cette forte chute du nombre de naissances est aussi à analyser à l'aune de la pandémie de Covid-19, qui pourrait être une des pistes d'explication.

"Ce contexte de crise sanitaire et de forte incertitude a pu décourager les couples de procréer, les inciter à reporter de plusieurs mois leurs projets de parentalité. Des considérations relatives à la transmission possible du virus de la mère au nouveau-né ont pu également jouer", indique l'Insee dans son communiqué.

"Il faut également rappeler que pendant ce premier confinement du printemps 2020, les centres de procréation médicalement assistée ont été fermés. Inversement, le recours à l’interruption volontaire de grossesse a pu être plus compliqué au cours de cette période", ajoute l'institut de statistiques.

Plus faible taux de natalité depuis 1945

Au total sur toute l'année 2020, quelque 735.000 naissances ont été recensées en France. Il s'agit du plus bas niveau constaté depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

"Cette première estimation est provisoire, car les bulletins de naissance n’ont pas encore été tous transmis à l’Insee. Une estimation plus précise sera disponible fin mars, qui ne remettra pas en cause l’ampleur des évolutions observées en ce début d’année 2021", précise encore l'Insee.

Article original publié sur BFMTV.com