13ᵉ mois consécutif des records de température mondiale en juin, la Terre dépassant la limite de 1,5°C pour une année

13ᵉ mois consécutif des records de température mondiale en juin, la Terre dépassant la limite de 1,5°C pour une année

Juin 2024 a été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré, marquant le 13ᵉ mois consécutif de températures record, selon le service climatique européen Copernicus.

C'est également le 12ᵉ mois consécutif où la température mondiale a dépassé de 1,5 degré Celsius celle de l'ère préindustrielle.

"C'est un avertissement brutal que nous nous rapprochons de cette limite très importante fixée par l'Accord de Paris", a déclaré Nicolas Julien, climatologue principal de Copernicus, lors d'une interview. "La température mondiale continue d'augmenter. Elle l'a fait à un rythme rapide."

Ce seuil de 1,5 °C est important, car il s'agit de la [**limite de réchauffement sur laquelle presque tous les pays du monde se sont mis d'accord dans le cadre de l'accord de Paris**](Changement climatique : pouvons-nous encore respecter l'objectif de 1,5°C des accords de Paris ? ) sur le climat de 2015, bien que M. Julien et d'autres météorologues aient déclaré que ce seuil ne serait pas franchi tant que la chaleur prolongée ne durerait pas sur le long terme, c'est-à-dire pendant 20 ou 30 ans.

"Il ne s'agit pas seulement d'une bizarrerie statistique, mais d'une évolution continue de notre climat", a déclaré Carlo Buontempo, directeur de Copernicus, dans un communiqué.

La période de chaleur record que connaît la Terre depuis plus d'un an pourrait bientôt prendre fin, mais pas le chaos climatique qui l'accompagne, selon les scientifiques.

Quelle a été la température en juin 2024 ?

Selon Copernicus, la température moyenne du globe en juin 2024 a été de 16,66 degrés Celsius, soit 0,67 °C de plus que la moyenne des 30 dernières années pour ce mois.

Ce mois a battu le record du mois de juin le plus chaud, établi un an plus tôt, de 0,14 °C. Il se classe au troisième rang des mois les plus chauds dans les archives de Copernicus, qui remontent à 1940, derrière juillet et août derniers.

Ce n'est pas que les records soient battus tous les mois, mais ils ont été "pulvérisés par des marges très importantes au cours des 13 derniers mois", a déclaré M. Julien.

Andrew Dessler, climatologue à l'université A&M du Texas, qui n'a pas participé à l'élaboration du rapport, s'est interrogé sur la gravité de la situation. "Pour les riches et pour l'instant, il s'agit d'un inconvénient coûteux. Pour les pauvres, c'est une souffrance. À l'avenir, le niveau de richesse nécessaire pour simplement subir des désagréments augmentera jusqu'à ce que la plupart des gens souffrent".

Quel est l'impact des températures élevées sur le climat mondial ?

Même sans atteindre le seuil de 1,5 degré à long terme, "nous avons vu les conséquences du changement climatique, ces événements climatiques extrêmes", a déclaré Nicolas Julien, c'est-à-dire l'aggravation des inondations, des tempêtes, des sécheresses et des vagues de chaleur.

Selon Copernicus, la chaleur du mois de juin a frappé de plein fouet le sud-est de l'Europe, la Turquie, l'est du Canada, l'ouest des États-Unis et le Mexique, le Brésil, le nord de la Sibérie, le Moyen-Orient, le nord de l'Afrique et l'ouest de l'Antarctique. Le mois dernier, les médecins ont dû traiter des milliers de victimes d'insolation au Pakistan, où les températures ont atteint 47°C.

Le mois de juin a également été le 15ᵉ mois consécutif au cours duquel les océans, qui représentent plus des deux tiers de la surface de la Terre, ont battu des records de chaleur, selon les données de Copernicus.

Selon Julien et d'autres météorologues, la majeure partie de cette chaleur est due au réchauffement à long terme provoqué par les gaz à effet de serre émis par la combustion du charbon, du pétrole et du gaz naturel. Une grande partie de l'énergie thermique piégée par le changement climatique d'origine humaine se retrouve directement dans les océans, qui mettent plus de temps à se réchauffer et à se refroidir.

Quel est le rôle d'El Niño ?

Le cycle naturel d'El Niño et de La Niña, qui sont des phénomènes de réchauffement et de refroidissement du Pacifique central qui modifient les conditions météorologiques dans le monde entier, joue également un rôle. "Les Niños" ont tendance à faire grimper les records de température dans le monde et le fort El Niño qui s'est formé l'année dernière s'est terminé en juin.

Un autre facteur est que l'air au-dessus des canaux de navigation de l'Atlantique est plus propre en raison des réglementations relatives à la navigation maritime qui réduisent les particules de pollution atmosphérique traditionnelles, telles que le soufre, qui provoquent un léger refroidissement, selon les scientifiques. Ce phénomène masque légèrement l'effet de réchauffement beaucoup plus important des gaz à effet de serre.

Selon Tianle Yuan, climatologue à la NASA et au campus de l'université du Maryland à Baltimore, qui a dirigé une étude sur les effets des réglementations en matière de transport maritime, cet "effet de masquage s'est atténué et a temporairement augmenté le taux de réchauffement" déjà causé par les gaz à effet de serre.

2024 battra-t-elle le record de chaleur de 2023 ?

Le climatologue Zeke Hausfather, de l'entreprise technologique Stripes et du groupe de surveillance du climat Berkeley Earth, a déclaré dans un post sur X que, les six mois de cette année ayant connu une chaleur record, "il y a environ 95 % de chances que 2024 batte 2023 pour être l'année la plus chaude depuis que les relevés de température à la surface du globe ont commencé au milieu du XIXe siècle".

Copernicus n'a pas encore calculé cette probabilité, a précisé M. Julien. Le mois dernier, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis a donné 50 % de chances à cette éventualité.

Les températures moyennes journalières de la fin juin et du début juillet, bien qu'encore chaudes, n'ont pas été aussi élevées que l'année dernière, a indiqué M. Julien.

"Il est probable, je dirais, que juillet 2024 soit plus froid que juillet 2023 et que cette série prenne fin", a déclaré M. Julien. "Ce n'est pas encore certain. Les choses peuvent changer.

Andrew Weaver, climatologue à l'université de Victoria, a déclaré que les données montrent que la Terre est en passe de connaître un réchauffement de 3 °C si les émissions ne sont pas réduites de toute urgence. Il craint que la fin de la série de mois de chaleur record et l'arrivée des neiges d'hiver ne fassent que "les gens oublient rapidement" le danger.

Chaque record de température que nous établissons signifie qu'il est plus probable que le changement climatique provoque une crise à votre porte ou à celle de vos proches.

"Notre monde est en crise", a déclaré Andrea Dutton, climatologue à l'université du Wisconsin. "Peut-être, ressentez-vous cette crise aujourd'hui — ceux qui vivent sur la trajectoire de Beryl subissent un ouragan alimenté par un océan extrêmement chaud qui a donné naissance à une nouvelle ère de tempêtes tropicales pouvant s'intensifier rapidement pour devenir des ouragans majeurs meurtriers et coûteux.

"Même si vous n'êtes pas en situation de crise aujourd'hui, chaque record de température que nous établissons signifie qu'il est plus probable que le changement climatique provoque une crise à votre porte ou à celle de vos proches.

Copernicus utilise des milliards de mesures provenant de satellites, de navires, d'avions et de stations météorologiques du monde entier, puis les réanalyse à l'aide de simulations informatiques. Plusieurs agences scientifiques d'autres pays, dont la NOAA et la NASA, effectuent également des calculs climatiques mensuels, mais ils prennent plus de temps, remontent plus loin dans le temps et n'utilisent pas de simulations informatiques.