12 Years a Slave (Arte) Steve McQueen : "Les Américains ont honte de cette période de leur histoire"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Je suis né libre. Pendant plus de trente ans, j’ai goûté aux joies de cette liberté dans un État libre. J’ai ensuite été enlevé et vendu comme esclave, demeurant dans cette condition d’asservissement jusqu’à ce que l’on vienne me secourir, en janvier 1853, après douze ans de captivité." C’est ainsi que Solomon Northup débute le récit de Douze ans d’esclavage dans lequel, minutieusement, l’ancien violoniste new-yorkais déroule le film de sa descente aux enfers. Un calvaire enduré pendant des siècles par des millions de femmes, d’hommes et d’enfants dans les plantations des États du Sud. Il s’agit de l’un des rares témoignages écrits par un homme lettré : il n’en est que plus précieux. Le metteur en scène Steve McQueen (Hunger) cherchait depuis longtemps à "raconter l’esclavage du point de vue des esclaves", mais se sentait quelque peu perdu : "Par où commencer ?" Il découvre alors l’ouvrage grâce à son épouse historienne.

À lire également

Brad Pitt, Harrison Ford… Ces stars n’ont jamais eu d’Oscar pour leurs rôles (PHOTOS)

"Ce livre plein d’aventures, d’horreurs et d’humanité nous a laissés sans voix." McQueen s’est décidé à faire un film sur ce thème encore douloure... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles