12 ans, 7 mois, 11 jours (France 2) - Julie Gayet : "Je défie quiconque de deviner l’issue avant la scène finale"

Sans dévoiler trop de choses, que représente ce mystérieux titre : 12 ans, 7 mois, 11 jours ?

Julie Gayet : Il correspond à une date fatidique, qui relie le fils de Marie, mon personnage, à celui d’Inès, incarnée par Marie Denarnaud. C’est comme un code énigmatique que nous donne le réalisateur, Alexandre Coffre. Mais il faut y prêter attention dès le début, car, de rebondissement en rebondissement, il va prendre tout son sens…

Après avoir regardé le téléfilm, on se dit que, pour une comédienne, il est difficile de dire non à un tel projet...

C’est vrai ! C’est un thriller captivant. Les Américains appellent cela un page-turner, un texte que l’on ne peut pas lâcher ! On se demande vraiment ce qui va arriver. Comme dans la vie, on passe par plein d’états, on avance en même temps que les personnages.

À lire également

Le gendre de ma vie (TF1) - Julie Gayet : "Kad Merad me fait penser à Louis de Funès"

Est-ce que, comme le spectateur, vous n’avez entrevu le dénouement qu’à la fin de la lecture du scénario ?

Oui ! Sincèrement, je défie quiconque de deviner l’issue avant la scène finale. C’est ce qui fait, d’ailleurs, toute la saveur du récit et de la confrontation entre ces deux femmes. D’une certaine manière, Inès va permettre à mon personnage de faire son deuil, de revenir à la vie.

Justement, ce face-à-face entre Marie Denarnaud et vous est formidable…

Si j’ai accepté de jouer dans ce film, c’est pour Marie, que j’adore. Quand j’ai su qu’elle faisait partie du casting, j’ai immédiatement dit oui. J’ai une grande admiration pour elle, je la suis depuis longtemps. Et à la lecture du scénario, je l’imaginais parfaitement dans le rôle d’Inès. Je me suis dit que cette expérience allait être fabuleuse…

La grande scène que vous avez ensemble est glaçante. Comme s’est passé le tournage ?

C’était éprouvant. À la fin de la journée, j’étais vidée. Le réalisateur était très investi dans le projet : ce n’était pas une commande, c’est lui qui a voulu adapter le roman de Lorris Murail. Sur le tournage de ces scènes difficiles, tout le monde était en apnée avec nous. On se lançait en sachant que ça allait être physique et ém...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi