Plus de personnes sont mortes à cause de maladies liées au 11 septembre que le jour des attentats

·3 min de lecture
L'effondrement des tours jumelles du World Trade Center à New York a dégagé des fumées toxiques provoquant la mort de quelques milliers de personnes en 20 ans.

Le ministère de la Justice américain et le Fonds d'indemnisation des victimes ont confirmé que plus de personnes sont décédées des suites de maladies liées au 11 septembre que directement lors des attentats.

Vingt ans après, les attentats du 11-septembre font toujours des victimes. Désormais, plus de personnes sont mortes de séquelles liées au 11-septembre que de personnes tuées le jour des attentats terroristes, ont annoncé le ministère de la Justice et le Fonds d'indemnisation des victimes la semaine dernière.

2 996 personnes ont péri le jour des attentats terroristes et les statistiques fédérales montrent que 3 311 personnes inscrites au programme de santé du World Trade Center du CDC sont décédées, bien que l'agence ne cite pas de cause exacte de décès, souligne le New York Post. En septembre 2001, le nuage de poussière toxique composé d'amiante, de verre, de béton, de cendres ou encore de kérosène a recouvert le sud de Manhattan pendant plusieurs mois et aurait exposé environ 400 000 personnes à des pathologies aérodigestives, des problèmes respiratoires ou encore des cancers, et la liste des maladies reconnues ne cesse de s'allonger.

Une augmentation importante des demandes d'indemnisation

Le Fonds d'indemnisation des victimes (VCF) a déclaré avoir reçu plus de 67 000 demandes d'indemnisation, dont près de 3 900 demandes pour des décès suite aux attentats du 11-septembre. "Il est... morose de voir que l'on estime maintenant que plus de personnes sont mortes de maladies liées au 11-septembre qu'il n'y en a eu le 11 septembre 2001", a écrit le VCF dans son "rapport spécial" du 20e anniversaire, publié le 7 septembre dernier. Le VCF a versé près de 9 milliards de dollars d'indemnisation aux survivants du 11-septembre ainsi qu'aux familles des victimes et note une "augmentation importante" des réclamations déposées par les survivants ces dernières années, dont 48% ont un cancer.

VIDÉO - Bruno Dellinger, rescapé des attentats du 11 septembre 2001 : "J’étais couvert de cendres et j’ai eu le réflexe de les garder. Je me disais qu’il y avait peut-être des restes humains dedans"

John Feal, un militant américain défenseur des premiers intervenants du 11-septembre et qui était superviseur de démolition à "Ground Zero", a déclaré que ce rapport du VCF était la toute première fois que le gouvernement fédéral reconnaissait que plus d'Américains étaient morts de maladies médicales du 11-septembre que pendant les attaques terroristes. 

"Nous allons assister à une explosion de nouveaux cas"

Il s'agit de tout sauf une surprise selon John Feal, qui ajoute que le nombre de décès va augmenter de façon exponentielle dans les années à venir compte tenu de la période de latence de certains cancers. "Ces 20 années ont été difficiles pour la communauté des survivants du 11-septembre. Mais les 10 à 20 prochaines années seront dévastatrices. Cela va empirer". Selon lui, 4000 à 5000 personnes intervenants et autres personnes exposées aux contaminants sont déjà décédées. John Feal dénonce donc un bilan largement sous-estimé.

L'avocat Michael Barasch, dont le cabinet aide les survivants du 11-septembre à traiter les demandes de prestations médicales auprès du Fonds d'indemnisation des victimes des attentats, a déclaré que nombre de ses clients sont décédés et qu'il s'attend aussi à ce que le nombre de victimes augmente dans les années à venir. "Nous allons assister à une explosion de nouveaux cas", a-t-il déclaré Barasch au New York Post.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles