11-Novembre : les «Black Bloc» appellent à se mobiliser contre la venue de Donald Trump

Blavignat, Yohan
Des militants Black Bloc à Paris lors de la manifestation du 1er-Mai. / THOMAS SAMSON/AFP

Des collectifs liés aux «Black Bloc», militants radicaux vêtus de noir, cagoulés et affrontant les forces de l'ordre lors des manifestations, ont appelé à se mobiliser, dimanche place de la République, «par tous les moyens nécessaires» et à «prendre la tête du cortège».

Paris sera au centre de l'actualité mondiale ce week-end et les menaces qui pèsent sur la capitale ne sont pas prises à la légère par les autorités françaises. Paris accueillera 72 chefs d'État ou de gouvernement et 98 délégations étrangères pour les commémorations du 11-Novembre et le Forum pour la paix qui auront lieu samedi et dimanche. Une situation sensible en termes de sécurité, d'autant que la préfecture de police a autorisé dimanche un rassemblement contre la venue de Donald Trump qui se tiendra place de la République à 14 heures.

» LIRE AUSSI - 11 Novembre: les choix controversés d'une commémoration

Selon une note confidentielle de la direction du renseignement de la préfecture de police, à laquelle a eu accès Le Parisien , «plusieurs milliers de personnes» sont attendues à ce rassemblement. Le document mentionne également «un risque de débordements dû à la création attendue d'un Black Bloc». Ce mouvement, régulièrement présente dans les manifestations, avait rassemblé 1200 personnes lors du défilé parisien du 1er-Mai dernier. Elle est composée de militants vêtus de noir, cagoulés, cassant du mobilier urbain, dégradant des commerces et affrontant les forces de l'ordre. Concrètement, la mouvance Black Bloc s'inscrit en opposition au capitalisme, aux gouvernements, aux forces policières et à la mondialisation.

» LIRE AUSSI - «Le cortège de tête cherche à montrer la fragilité de l'État»

Selon la note confidentielle émanant de la préfecture de police, «si l'option du rassemblement est confirmée, 200 à 400 éléments à haute potentialité violente pourraient chercher à partir en déambulation sauvage et tenter de rejoindre les abords de l'ambassade des (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Mathieu Bock-Côté: «La tentation milicienne de l'ultragauche» 
Hugues Moutouh: «Face à la violence des black blocs, comment ne pas rester impuissant» 
1er Mai: les Renseignements et la réactivité de la police parisienne en question 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro