11 novembre : avec Maurice Genevoix, les Poilus entrent au Panthéon

Valérie Gaget
·1 min de lecture

"J'ai voulu témoigner, disait Maurice Genevoix. Et déformer le moins possible". L'écrivain est mort en 1980 à l'âge de 89 ans. Son corps sera transféré au Panthéon, le 11 novembre prochain, une façon d'honorer tous les combattants de la Première Guerre Mondiale.

La plume de la Grande Guerre

Maurice Genevoix n'avait que 24 ans lorsqu'il fut mobilisé et envoyé sur le front. Incorporé comme sous-lieutenant dans le 106ème régiment d'infanterie, il participa à la bataille de la Marne et à la marche sur Verdun. Le 25 avril 1915, il fut grièvement blessé sur la côte des Eparges, un village de la Meuse. Il reçut plusieurs balles dans le bras et la poitrine et frôla la mort de très près. Ce furent ses hommes et compagnons d'armes qui lui sauvèrent la vie en le portant sur des centaines de mètres, sous les balles, jusqu'à un poste de secours.

Maurice Genevoix a commencé à écrire sur son lit d'hôpital. Il deviendra la plume de la Grande Guerre, le porte-voix d'une génération décimée : "Quand on a été dès sa jeunesse en contact quotidien avec la mort, on a compris avec ses viscères que la vie est une chose merveilleuse", expliquait-il.

Un écrivain proche de la nature

Ceux de 14, son recueil de récits de guerre (réunis sous ce titre en 1949) fait aujourd'hui référence. Dans ce livre écrit à hauteur d'homme, il ne cache (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi