11-Novembre: Marine Le Pen à Hénin-Beaumont pour tenter d'apaiser les tensions au RN

Marine Le Pen s'est rendu à Hénin-Beaumont ce vendredi 11 novembre pour commémorer l'armistice de 1918. - Twitter Marine Le Pen
Marine Le Pen s'est rendu à Hénin-Beaumont ce vendredi 11 novembre pour commémorer l'armistice de 1918. - Twitter Marine Le Pen

Marine Le Pen était à Hénin-Beaumont ce vendredi pour célébrer l’armistice aux côtés du maire Rassemblement national (RN) de la ville Steeve Briois, son ami de longue date et suppléant à l’Assemblée nationale. Pour autant, l’ambiance était glaciale.

En cause: les décisions prises à la suite de l’élection de Jordan Bardella à la tête du parti le week-end dernier. À l'issue du congrès, Steeve Briois et le député du Pas-de-Calais Bruno Bilde n’ont pas été reconduits dans les instances dirigeantes de la formation d’extrême droite.

Dans ce contexte, la venue de Marine Le Pen avait avant tout pour objectif d'apaiser les tensions. "Je comprends cette frustration, le sentiment d’injustice je peux le comprendre", a notamment lâché la cheffe de file des députés RN.

"J'ai tout fait pour que ça n'arrive pas, mais j'ai échoué", a-t-elle ensuite reconnu.

Samedi dernier, Steeve Briois est monté au créneau et a mis fin à la petite musique jouée par le RN depuis le début de son congrès. Celle chantée aussi bien par les soutiens de Jordan Bardella que ceux de Louis Aliot, qui mettaient en avant des "différences de parcours et de personnalité", maintenant ainsi l'idée d'une unité du parti sur la ligne politique.

"Exprimer mon amitié, mon soutien à Steeve Briois"

Steeve Briois a dessiné une ligne de partage entre deux tendances. "Je ne veux pas revoir débarquer au sein du RN des fous furieux, qui ne sont obsédés que par une chose: l'identité", a-t-il déclaré samedi au micro de BFMTV, insistant sur "l'aspect social qui doit être maintenu".

Au départ, Marine Le Pen avait "envisagé d'aller passer le 11 novembre dans une autre ville de [sa] circonscription, comme elle l'a reconnu ce vendredi. Pour autant, ce début de fronde interne l'a poussée à venir à Hénin-Beaumont.

"J’ai changé d’avis justement pour pouvoir exprimer mon amitié, mon soutien à Steeve Briois", explique-t-elle.

Pas sûr que cela suffise. "Je ne sais pas si c’est une manière d’apaiser les tensions, si je pouvais j’aimerais bien, on n’y arrive pas toujours. Parfois on a du mal à essayer de calmer les divergences", a ainsi avancé Marine Le Pen. Avant de se montrer plus optimiste: "Je suis convaincue que les choses s’arrangeront avec le temps".

Article original publié sur BFMTV.com