11-Novembre : comment la France a réécrit l’histoire des soldats alsaciens

L'Oeil du 20 heures

En Alsace, comme partout en France, les écoliers étudient leurs ancêtres les Poilus. Mais dans leur région, l’Histoire a été réécrite juste après la Grande Guerre : bien souvent, leurs aïeux n’étaient pas des soldats français… mais allemands ! Leur histoire a été effacée, leurs prénoms changés. Révélations sur un siècle de mensonges, gravés dans le marbre.

Sous les drapeaux français en Alsace, les monuments aux morts dressent la liste des soldats tués dans la Grande Guerre. Comme Victor Wolff, mort en 1915, à 35 ans. Nous avons retrouvé son neveu, Ernest, 91 ans aujourd’hui. Et il est formel : Viktor n’a jamais été français : “il combattait pour l’armée allemande !” Il n’est donc pas mort pour la France : “c’était un soldat allemand, tout le monde était soldat allemand en Alsace”.

50 000 soldats allemands… rebaptisés avec un prénom français

Car entre 1871 et 1918, l’Alsace-Moselle (alors appelée Alsace-Lorraine) faisait partie de l’Empire Allemand. Tous les alsaciens nés pendant ces 47 années étaient de nationalité allemande.

Ces soldats n’ont jamais été Français. Ils sont nés dans les années 1890 et ils ont combattu sous l’uniforme allemand, ils sont morts Allemands... Ils ont pour certains été tués par des soldats français !

Eric Ettwiller, Professeur agrégé d'Histoire, association "Unsri Gschìcht"

à France 2

Mais leur histoire a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi