100 jours de guerre en Ukraine : chronologie d'un conflit qui pourrait durer

Il y a 100 jours débutait l'invasion russe en Ukraine. La guerre, qui se concentre désormais dans l'Est, pourrait durer encore longtemps. Retour sur les évènements clés.

24 février, début de l'invasion russe

Le 24 février, Vladimir Poutine suscitait la stupeur et l’effroi en annonçant lancer une opération "spéciale" en Ukraine afin de "dénazifier" le pays.

160 000 soldats russes stationnés depuis des semaines à la frontière attaquent sur plusieurs fronts au Nord, à l'Est et au Sud.

La plupart des villes ukrainiennes subissent des bombardements : Marioupol, Kharkiv, Kherson, Tchernihiv, Soumy et la capitale Kiev. Plus tard, la région de Lviv, la grande ville de l'Ouest, verra également des bombes tomber.

euronews
Carte de l'Ukraine au début de l'offensive russe - euronews

Des millions d'Ukrainiens fuient

Des millions d'Ukrainiens commencent à fuir principalement vers les pays de l'Union européenne.

100 jours après le début de la guerre, l'ONU recense aujourd'hui plus de 6,5 millions de réfugiés à l'étranger, dans l'immense majorité des femmes et des enfants.

La Pologne, frontalière de l'Ukraine, accueille à elle seule la moitié des réfugiés.

Par ailleurs, plus de 7 millions de personnes auraient été déplacées au sein de l'Ukraine, selon le HCR.

Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Une réfugiée ukrainienne dans un train le 9 mars 2022 - Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

La Russie isolée sur la scène internationale

Le 2 mars, une résolution des Nations Unies condamnant l'invasion russe en Ukraine est adoptée à une écrasante majorité par 141 pays membres.

35 pays s'abstiennent, en grande majorité des pays africains ou asiatiques, dont l'Inde et la Chine. 5 votent contre : Biélorussie, Corée du Nord, Érythrée et Syrie apportent leur soutien à Moscou.

En réponse à l'invasion russe, les pays occidentaux adoptent une série de sanctions économiques contre Moscou pour assécher l'économie russe. Des biens des oligarques en Europe sont saisis, leurs avoirs gelés, la plupart des banques russes sont exclues de la plateforme interbancaire SWIFT.

Début mars, l'Amérique de Joe Biden décrète un embargo sur le gaz et le pétrole russe dont elle est peu dépendante.

Elle sera suivie trois mois plus tard par l'Union européenne qui annonce un embargo d'ici la fin de l'année sur 90% de l'or noir russe (les approvisionnements par oléoduc sont exemptés).

L'armée russe s'enlise puis change de stratégie

Sur le terrain des combats, les forces russes s'enlisent rapidement et enregistrent de lourdes pertes humaines et matérielles. Conséquence d'erreurs stratégiques, de défaillances dans la coordination ou encore de difficultés à ravitailler les troupes.

Moscou semble également avoir sous-estimé la résistance des forces ukrainiennes, entraînées et armées par l'Otan, qui comptent presque autant d'hommes que l'armée russe, alors que la doctrine militaire préconise un ratio de 3 pour 1 pour mener une attaque.

Dès le 25 mars, les Russes changent de stratégie. Ils se replient de la région de Kiev pour concentrer leurs efforts sur l'Est.

Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Le corps dans soldat russe à Kharkiv le 25 février 2022 - Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Meurtres, tortures, viols de civils

Après le retrait des forces russes, les autorités ukrainiennes annoncent que de nombreux corps de civils sont retrouvés dans les rues ou dans des fosses communes à Boutcha, petite ville près de Kiev.

Nombre de cadavres présentent des traces de tortures. La plupart semblent avoir été froidement assassinés.

Kiev et plusieurs pays occidentaux accusent alors la Russie de "crimes de guerre". Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce un "génocide".

Par ailleurs, de nombreux cas de viols commis par des soldats russes sont rapportés par le régime de Kiev.

Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Un corps de civil dans une rue de Boutcha (2 avril 2022) - Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

L'armée russe concentrée sur le Donbass

L'armée russe concentre désormais son offensive sur les régions séparatistes de l'est de l'Ukraine, les oblasts de Donetsk de Louhansk.

Bombardée sans relâche pendant des semaines, la ville de Marioupol a fini par tomber aux mains des Russes, malgré la résistance acharnée de combattants ukrainiens retranchés dans la gigantesque aciérie Azovstal.

Dans cette ville aujourd’hui défigurée, les combats ont fait plus de 20 000 morts, selon le régime de Kiev.

Après Marioupol, l'armée russe tente maintenant de faire tomber la ville de Sievierodonetsk, capitale de l’oblast de Louhansk.

Après 100 jours de guerre, les forces russes ont déjà conquis 20% du territoire ukrainien, selon le président Volodymyr Zelensky. Ils contrôlent une large bande de terre, le long de la mer d'Azov et de la mer Noire.

euronews
L'offensive russe en Ukraine après 100 cent jours - euronews

Pertes humaines et matérielles

En près de 100 jours, ce conflit brutal a fait des ravages. De sources occidentales, on estime qu'environ 15 000 soldats russes ont été tués. Sans doute moins côté ukrainien, dont ne sort aucune estimation décente, même si Volodymyr Zelensky a estimé perdre "de 60 à 100 soldats par jour".

Selon un recensement établi par le blog Oryxspioenkop, à partir d'images remontées du théâtre des combats, les Russes ont perdu 739 chars, 428 blindés, 813 véhicules de combat d'infanterie, une trentaine d'avions de chasse, 43 hélicoptères, 75 drones et neuf navires, dont leur bateau-amiral en mer Noire, le Moskva. Côté ukrainien, on ne parle que de 185 chars, 93 blindés, 22 avions de combat, 11 hélicoptères et 18 navires.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles