100.000 réfugiés ukrainiens en France après plus de 5 mois de guerre

Francois Mori/AP/SIPA

Plus de cinq mois après la guerre en Ukraine, le seuil des 100.000 réfugiés ukrainiens en France a été franchi cette semaine, a indiqué jeudi à l'AFP le directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) Didier Leschi.

Plus de cinq mois après la guerre en Ukraine, le seuil des 100.000 réfugiés ukrainiens en France a été franchi cette semaine, a indiqué jeudi à l'AFP le directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) Didier Leschi. "Depuis mercredi soir, la barre des 100.000" déplacés ukrainiens couverts par l'allocation pour demandeurs d'asile (Ada) "a été franchie", a déclaré M. Leschi, confirmant des informations parues dans Le Figaro. Depuis plusieurs semaines, "on est entre 200 et 250 nouvelles délivrances de protection temporaires par jour en moyenne", un niveau "très bas", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la possibilité d'un accroissement des arrivées après les appels du président ukrainien Volodymyr Zelensky à évacuer la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, le préfet Leschi a répondu: "On n'en sait rien". "Vont-ils rester en Ukraine en se déplaçant chez des proches dans l'ouest du pays, partir dans les pays limitrophes de l'Ukraine, ou encore rester sur place car pro-Russes?", s'est-il demandé. Didier Leschi a rappelé que 80% des réfugiés ukrainiens en France sont des femmes et des enfants, qui maintiennent des liens avec les maris, pères et fils restés en Ukraine pour se battre, et qui veulent retourner en Ukraine. "Les retours ont commencé quand l'armée russe a quitté la région de Kiev", a-t-il précisé.

Selon les évaluations de l'Ofii, quelque 5.000 de ces réfugiés ont ainsi quitté la France. Ces estimations sont réalisées à partir des cartes de paiement pour les achats courants distribuées aux réfugiés ukrainiens et qui ne peuvent être utilisées que sur le territoire français. Lorsque ces cartes sont inactives pendant plusieurs semaines, on en déduit que les personnes ont quitté le...


Retrouvez cet article sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles