100.000 policiers et gendarmes, contrôles renforcés: un 31 décembre sous haute surveillance

Justine Chevalier
·3 min de lecture
La priorité du gouvernement est de lutter contre les fêtes clandestines. - THOMAS COEX © 2019 AFP
La priorité du gouvernement est de lutter contre les fêtes clandestines. - THOMAS COEX © 2019 AFP

"Le contexte sécuritaire, mais également sanitaire, exige une préparation et une mobilisation singulière des forces de l'ordre en vue de cette fin d'année." A 48 heures du réveillon du Nouvel An, qui va se dérouler dans un contexte particulièrement tendu cette année, entre gestion du couvre-feu, menace terroriste élevée et tensions entre population et policiers, le ministre de l'Intérieur a livré un message de fermeté aux préfets dans un télégramme qui leur a été transmis lundi.

· 100.000 policiers et gendarmes

Plus de 100.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour cette soirée. A ces effectifs s'ajouteront ceux des polices municipales. Ce dispositif devrait être détaillé dans la journée de jeudi. L'objectif prioritaire fixé aux forces de l'ordre est la lutte contre les fêtes clandestines chez les particuliers ou sur l'espace public. Des rassemblements qui se multiplient ces dernières semaines dans plusieurs grandes villes du territoire.

Gérald Darmanin a ainsi appelé à la mise en place de "dispositifs visibles" pour lutter contre ces rassemblements. Le ministre a également réclamé des arrêtés d'interdiction de vente d'alcool à emporter ou de combustibles.

· Veille des réseaux sociaux

Dans un télégramme adressé aux effectifs de police, le directeur général de la police nationale Frédéric Veaux a d'ailleurs appelé ses troupes à organiser une "veille des réseaux sociaux en amont" pour détecter l'organisation de fêtes clandestines.

"Les établissements recevant du public, qui enfreindraient les règles de fermeture, devront être systématiquement contrôlés, leurs gérants verbalisés", indique encore le patron des policiers. "Tous les participants" à ces fêtes interdites devront être verbalisés, mais l'identification des organisateurs est là encore une priorité donnée aux forces de l'ordre.

Si les fêtes clandestines représentent un risque important de contamination, les autorités redoutent également les rassemblements privés de moins grande ampleur dans les appartements ou maisons pour fêter le passage de la nouvelle année, mais tout autant facteur de contamination. Les policiers ne pourront intervenir qu'en cas de plainte pour tapage nocturne. Le gouvernement a appelé à la responsabilité des Français pour éviter ce type de soirée, mais le respect du couvre-feu sera particulièrement scruté par les forces de l'ordre.

· Contrôles renforcés

Ainsi, dès ce mercredi soir, les contrôles policiers pour le respect du couvre-feu, en place pour cette nuit de la Saint-Sylvestre contrairement au réveillon de Noël, vont être intensifiés. Vont être privilégiées "les secteurs les plus sensibles", c'est-à-dire les centres-villes, les quartiers sensibles et les lieux de rassemblement comme les Champs-Elysées à Paris, par exemple. Localement les transports publics pourraient être fermés dès 20 heures.

"Merci de bien concentrer les contrôles dès 20 heures le 31 décembre dans les lieux les plus problématiques habituellement", a écrit le ministre de l'Intérieur aux préfets en charge de mettre en place ce dispositif de sécurité.

Les forces de l'ordre se préparent également à faire face aux violences urbaines, et notamment les incendies de véhicules, événement tristement habituel de cette soirée et nuit du Nouvel An. La sécurisation en amont est privilégiée avec les enlèvements d'épaves, le confinement des containers à poubelles et la protection des chantiers.

Le ministre de l'Intérieur a prévenu qu'aucun chiffre ne serait communiqué concernant les incendies de véhicules, afin d'éviter toute "compétition". L'an dernier, plus de 1450 véhicules avaient été incendiés dans la nuit du 31 décembre 2019 au 1er janvier 2020, dépassant le "record" de l'année précédente de 13%.

Article original publié sur BFMTV.com