"En 10 ans, Instagram a modifié notre façon de manger, de voyager, de draguer, d'acheter"

Sophie Abriat
"En 10 ans, Instagram a modifié notre façon de manger, de voyager, de draguer, d'acheter"

En dix ans, l’application s’est infiltrée dans nos vies jusqu’à modifier nos comportements. Une vitrine magique… parfois très éloignée de la réalité. Décryptage.

On ne regarde plus les couchers de soleil de la même façon, on filme les défilés de mode et les concerts, on photographie nos plats avant de les manger, on publie une photo de disparus accompagnée d'un #RIP (repose en paix), on partage son mood et ses vacances, on se géolocalise, on like, on regram, on storise, on scrolle et se selfise. On met parfois certains comptes en sourdine, on envisage souvent la détox. En 2020, Instagram célèbre ses dix ans. En une décennie, l'application, qui réunit plus d'un milliard d'utilisateurs dans le monde, a provoqué une véritable révolution qui a changé nos vies sous bien des aspects. Passage en revue de ce que l'on peut appeler un raz-de-marée sociétal.

Un selfie sinon rien !

"Le jour où le pape a lancé son compte Instagram, je me suis dit : alors là, il se passe vraiment quelque chose !", raconte Charlotte Hervot, auteure de (Petit) guide de survie sur Instagram (Éd. Arkhê). "Qu'on le veuille ou non, cette application est entrée dans nos vies : elle la change et marque notre époque. S'intéresser à Instagram, c'est s'intéresser à ce que nous sommes en train de devenir", poursuit-elle. Et le constat est sans appel : "En dix ans, Instagram a modifié en profondeur notre façon de manger, de voyager, de draguer, d'acheter, de voir et d'être au monde." Car oui, on s'instagramme avant de se rencontrer (ce n'est pas un hasard si les responsables de ressources humaines vérifient les profils des candidats avant un entretien), on affiche son nouveau-né (c'est le nouveau faire-part), on se souhaite son propre anniversaire ("Happy birthday to me !") et on suit les comptes officiels de la famille royale britannique… Harry et Meghan ont même (...) Lire la suite sur Figaro.fr
Ce contenu peut également vous intéresser :

Et si on décrochait (enfin) de son smartphone en 2020 ?
À 45 ans, Chloë Sevigny dévoile son premier "baby bump" sur Instagram
L'ONU Femmes France fait "disparaître" des influenceuses dans une campagne choc contre les féminicides
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame