10 ans de guerre en Syrie : les organisations de secours de France demandent "l'ouverture de corridors" humanitaires

franceinfo
·1 min de lecture

Depuis le début du conflit en Syrie, il y a 10 ans, près de 600 structures médicales ont été ciblées à plusieurs reprises par des attaques aériennes. 923 soignants ont été tués, selon l'Union des organisations de secours et soins médicaux de France (UOSSM). Face à cette situation, l'organisation lance une pétition "10 ans sous les bombes, stop aux bombardements des hôpitaux" pour dénoncer "une situation inadmissible et contraire aux conventions de Genève".

"Nous appelons à une action humanitaire très vite et très forte, avec l'ouverture de corridors humanitaires sur l'ensemble du territoire syrien", a lancé lundi sur franceinfo Raphaël Pitti, médecin anesthésiste-réanimateur, responsable formation à l'UOSSM. Le médecin humanitaire alerte sur la grande précarité de la population syrienne, pointant la destruction du "système sanitaire, éducatif, économique".

franceinfo : Les professionnels de santé, les structures de santé, font partie des premières victimes de ce conflit ?

Raphaël Pitti : En 2012, le premier hôpital dans lequel j'ai travaillé à Al-Dana [dans le nord de la Syrie, gouvernorat d'Idleb] a été bombardé au troisième jour de mon arrivée et ça n'a jamais cessé. Les structures ont été détruites. 60% du système sanitaire a été détruit volontairement. Il a été la cible à la fois du régime, mais aussi de ses alliés, la Russie en particulier.

Nous n'avons jamais arrêté de dénoncer ces crimes de guerre et ces crimes contre l'humanité, et en particulier contre les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi