10 000 litres d'eau pour arroser : polémique sur les routes du Tour de France

© Thibault Camus/AP/SIPA

L’image a choqué à certains égards au départ de la 15e étape du Tour de France à Rodez : un camion-citerne qui verse de l’eau sur les routes avant le passage des coureurs. Certes, les températures sont caniculaires dans tout l’Hexagone, avec d’ailleurs depuis dimanche 15 départements placés en vigilance rouge . Mais dans le même temps, les soldats du feu luttent contre les incendies, notamment en Gironde depuis mardi où 11 000 hectares sont déjà partis en fumée. Sans oublier qu'Emmanuel Macron a demandé le 14-Juillet aux Français « d’entrer collectivement dans une logique de sobriété » et de consommer « moins ». Alors, que dire de ce camion-citerne qui arrose les routes du Tour de France avant le passage des coureurs ?

Lire aussi - Aucune victoire mais des coups d’éclat : le paradoxe tricolore sur le Tour de France

Alors que la chaleur a commencé à frapper le Tour de France dès vendredi, la direction a décidé d’arroser la chaussée pour faire redescendre la température. Pour cela, comme l’expliquait RMC Sport , un homme est préposé : André Bancala, coordinateur des Départements de France. Appelé « Monsieur route », il gère un stock de 10 000 litres d’eau. Ainsi, vendredi, les routes de la 13e étape avaient été arrosées, avant le passage d’une balayeuse puis une autre couche de 2 000 litres afin de refroidir le revêtement. Un stock qui a fait tiquer certains observateurs, internautes et écologistes qui n’ont pas hésité à railler un « résumé de la politique climatique mondial...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles