Plus de 1 000 palestiniens en grève de la faim dans les prisons israéliennes

Libération.fr
Manifestation lundi à Ramallah, en Cisjordanie, de soutien aux détenus palestiniens. Sur les drapeaux, le portrait de Marwan Barghouti.

Répondant à l'appel de Marwan Barghouti, le leader du Fatah de Cisjordanie emprisonné, ils entendent protester contre les «mauvais traitements» infligés par l'administration pénitentiaire.

A l’appel de Marwan Barghouti, le leader du Fatah de Cisjordanie condamné par la justice israélienne à cinq peines de prison à vie pour avoir commandité vingt-six attentats durant la deuxième intifada (7 morts), les prisonniers palestiniens détenus dans l’Etat hébreu ont entamé dimanche une grève de la fin au finish. Selon l’administration pénitencière israélienne (Shabas), 1 187 des 6 200 «terroristes ayant du sang sur les mains» affilés au Fatah et au Hamas participent au mouvement. Issa Karakeh, responsable du dossier des prisonniers au sein de l’Autorité palestinienne (AP) affirme lui qu’ils seraient 1 300. Quant au «Club des prisonniers», une ONG palestinienne veillant sur les familles de prisonniers, il cite le chiffre de 1 600.

Pour l’heure, les principaux centres de la grève sont les prisons de Gilboa, d’Hadarim, d’Ashkelon, de Ketziot (l’un des établissements les plus durs situé dans le désert du Néguev) et de Ramon. «Mais le mouvement va s’étendre au fil des jours et il durera autant qu’il le faudra», promet Karakeh.

Revendications

La grève a éclaté ce 17 avril, à l’occasion de traditionnelle «journée du prisonniers» instituée en 1975, fort suivie dans les territoires palestiniens, où se sont d’ailleurs déroulées plusieurs manifestations de soutien. Pour tenter de donner de l’ampleur à la protestation, Barghouti a défié le gouvernement israélien dans une longue tribune publié le 16 avril dans le New York Times. Il y dénonce «l’apartheid judiciaire», les «arrestations arbitraires de masse et les mauvais traitements» réservés aux Palestiniens.

Ceux-ci ont d’ailleurs diffusé une liste de revendications en treize points parmi lesquels la fin des violences physiques et de l’internement des mineurs, le droit à des soins médicaux décents, le droit d’utiliser des téléphones (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Irak: la bataille de Mossoul a fait près de 500.000 déplacés
Syrie: des centaines de manifestants commémorent l’indépendance de la Syrie sur le plateau du Golan
Cinq morts, dont trois Français, dans un crash d’avion au Portugal
Cinq morts, dont trois Français, dans un crash d'avion au Portugal
Turquie: campagne inéquitable, selon les observateurs internationaux

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages