Et de 1.000 astéroïdes proches de la Terre passés au radar !

·1 min de lecture

Depuis la première observation radar d'un astéroïde, à savoir (1566) Icare en 1968, cette technique a enrichi notre connaissance de l'orbite des objets (astéroïdes et comètes) proches de la Terre, fournissant des données permettant d'étendre les calculs de leur mouvement futur de plusieurs décennies à plusieurs siècles et aidant à prédire définitivement si un astéroïde va frapper la Terre ou non. Par exemple, de récentes mesures radar de l'astéroïde Apophis ont permis d'éliminer tout risque d'impacts sur la Terre pour les 100 prochaines années.

En outre, ils peuvent fournir aux scientifiques des informations détaillées sur des propriétés physiques qui ne pourraient être obtenues autrement qu'en envoyant une sonde spatiale pour observer ces objets de près. Selon la taille et la distance d'un astéroïde, un radar peut être utilisé pour imager sa surface avec des détails complexes tout en déterminant sa taille, sa forme, sa vitesse de rotation et s'il est ou non accompagné d'un ou plusieurs petits satellites.

Dans le cas de 2021 PJ1, l'astéroïde était trop petit (20 à 30 mètres de large) et le temps d'observation trop court pour acquérir des images. Cependant, en tant que 1.000e astéroïde proche de la Terre détecté par radar, il met en évidence les efforts visant à étudier les objets qui passent près de notre Planète.

Ce diagramme représente l'écho radar (le plus gros pic) de l'astéroïde 2021 PJ1 le 14 août 2021. L'axe horizontal représente la différence de fréquence Doppler prévue et la nouvelle mesure radar, aidant les scientifiques à mieux calculer la vitesse et l'orbite de l'astéroïde autour du Soleil. © Nasa/JPL-Caltech
Ce diagramme représente l'écho radar (le plus gros pic) de l'astéroïde 2021 PJ1 le 14 août 2021. L'axe horizontal représente la différence de fréquence Doppler prévue et la nouvelle mesure radar, aidant les scientifiques à mieux calculer la vitesse et l'orbite de l'astéroïde autour du Soleil. © Nasa/JPL-Caltech

« Même à cette distance (1,7 million de kilomètres, ndlr), le radar planétaire est suffisamment puissant pour le détecter et mesurer sa vitesse avec une très grande précision, ce qui a considérablement amélioré notre connaissance de son mouvement futur », explique Lance Benner qui dirige, au Jet Propulsion Laboratory, le programme de recherche radar...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles