La loi « sécurité globale » actuellement en discussion soulève un problème politique, le critère de la répression, mais aussi médiologique, la prolifération des images, explique François-Bernard Huyghe.