"Mais tout se perd. Si la société ne défend pas ses maîtres, c’est qu’elle n’en a plus besoin et le système éducatif a évolué en un vaste système de gestion de l’enfance et de la jeunesse. L’école est devenue un lieu de vie comme un autre et plus seulement un lieu d’études et le maître y est plutôt un problème lorsqu’il s’avise non de faire son métier mais d’accomplir sa mission", explique Jacques Billard.