Cherchant à éviter une débâcle militaire totale, le Premier ministre arménien s’est résolu à accepter un cessez-le-feu synonyme de victoire pour l’Azerbaïdjian. D’abord prise de vitesse dans ce conflit, la Russie se pose désormais en garant de l’accord.