Tandis que l'Assemblée nationale se penche sur l'interdiction de la « diffusion dans un but malveillant d'images du visage d'un policier ou d'un gendarme », l'avocat Raphaël Kempf et le policier Abdoulaye Kanté expriment leur point de vue… opposé.