Au nom de l’État, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, proposait pourtant au fabricant de pneus japonais, de financer la moitié d’un investissement de 100 millions d’euros dans la restructuration industrielle du site.