Plusieurs directions de rédactions françaises, dont celle de Marianne, cosignent une tribune pour s'inquiéter d'une volonté du ministre de l’intérieur de porter atteinte à la liberté de la presse dans le cadre des manifestations.