"Je vois mes étudiants les moins favorisés, au Lycée Thiers où j’enseigne, rester après les cours pour profiter de ce havre de paix qu’est un lycée ouvert. Faut-il les condamner à retourner chez eux au milieu de leur huit frères et sœurs ?", se demande Jean-Paul Brighelli.