"Comme après chaque attentat, en plus du chagrin et de la peur, il faut endurer la violence de médias américains nous reprochant de l’avoir bien cherché", s'insurge Caroline Fourest, éditorialiste de "Marianne".