Trois opérations d'envergure en dix jours, une centaine de terroristes neutralisés, un important chef d'Al Qaïda tué le mardi 10 novembre par la force Barkhane : les militaires français entendent montrer qu'ils conservent la maîtrise du terrain, alors que le gouvernement malien songe à négocier.