Après la signature du cessez-le-feu total, les Arméniens restent sidérés par les dispositions de l'accord. Et furieux à l'encontre de Nikol Pachinian, le premier ministre signataire du texte controversé.