Entre 2014 et 2019, ils ne sont que 163 à avoir osé attaquer le premier site mondial d’e-commerce. Parmi eux, un Français. Mal lui en a pris. Plongée dans un système bien rodé qui enterre les réclamations, épuise les plaignants et finit par les transformer en accusés.