Les prévisions enchantées de l'après confinement ne sont plus de saison, écrit Guy Konopnicki, éditorialiste de "Marianne".