Dans le siècle des enfants de la télé, quelques élus, de moins en moins nombreux, continuent à chérir la littérature plus que tout.